Quête de soi

Un jour mon père m’a dit : « Quelle que soit l’épreuve traversée, je suis persuadé que si cela nous arrive c’est que nous avons les capacités pour passer au travers » Il a également précisé que cela ne voulait pas dire que ce serait facile ou qu’il n’y aurait pas des pensées noires. C’est juste qu’intrinsèquement, nous avons les ressources pour s’en sortir. Intéressant comme concept et surtout une très belle croyance.

De mon côté, j’ai observé que lorsqu’on démontre à la vie même de façon subtile qu’on est prêt, elle nous envoie de quoi nous remettre en question. Engendrer le changement peut se faire avec la lecture d’un livre, la rencontre d’une personne, une phrase entendue à coin de rue, un stage, etc. Ce que nous enverra la vie en retour sera d’autant plus inattendu et drastique que l’on aura nier notre nature profonde. Plus on oublie qui on est, plus l’épreuve sera grande.

Pour en revenir à la croyance de mon père, ce qui est positif c’est que quelle que soit la taille de l’épreuve, nous avons la force pour y faire face et sortir grandi. Souvent ce genre de situation marque le début du cheminement vers soi. Cette route est loin d’être linéaire et bien éclairée. Il faudra au contraire une bonne dose d’humilité et de bienveillance pour avance un pas après l’autre.

Ce qui se trouve sur le chemin

Dans les ombres et le brouillard, on tombera parfois sur de grandes peurs. Tels les monstres de notre enfance tapis sous notre lit, on aura parfois l’impression qu’elles sont prêtes à bondir pour nous avaler tout rond. Parfois, il suffira juste de reconnaître qu’elles existent pour les faire disparaître. A d’autres moment, il faudra les regarder bien en face et leur dire « Je t’ai vu, merci de vouloir me protéger, et en même temps, juste aujourd’hui, je vais de l’avant. Tu pourras revenir demain. »

Au détour du chemin, peut-être qu’on trébuchera dans un trou. Ce dernier pourra être juste un nid-de-poule ou un fossé ou une falaise. Ce sera la rencontre avec une de nos blessures plus ou moins profonde. Parfois, il faudra plusieurs petits trous pour changer de comportement et de vision de notre réalité et enfin le contourner. Autre option, créer un pont pour parvenir de l’autre côté de la falaise. Comme un pansement sur notre blessure, cela prendra beaucoup de soin et d’Amour pour accepter, se pardonner et avancer. Plus la blessure est profonde, plus il faudra de la patience et des situations parfois souffrantes pour passer au travers. Mais toujours penser à cette belle croyance : Nous avons les capacités pour passer au travers.

La route sera également pavée de moments de paix et de plénitude. Ces moments sont nécessaires pour apprivoiser le changement et surtout réalisé qu’on a parcouru du chemin. Ces moments sont à célébrer et à chérir. Ce sont des perles d’énergie à accrocher à notre cou pour nous porter quand on sera dans un trou ou dans le noir. A chaque pas, ce qui était difficile le sera moins, ce qui faisait mal le fera moins.

Arrive-t-on un jour?

A un moment donné, on se sentira en paix de façon plus permanente, plus stable. On sera alors arrivé à soi, à ce qu’on veut être, à son essence. Est-ce que cela veut dire qu’il faut s’arrêter là? Non. Mais les bases seront solides pour appréhender la suite avec sérénité.

Et vous, comment a ou a été votre chemin? Avez-vous rencontré des trous, des ombres? Cela me fera un immense plaisir de lire vos partages en commentaires.

Avec Amour.

Inscrivez votre prénom et votre courriel pour obtenir gratuitement le magazine mensuel sur le témoignage de parents
Join over 3.000 visitors who are receiving our newsletter and learn how to optimize your blog for search engines, find free traffic, and monetize your website.
We hate spam. Your email address will not be sold or shared with anyone else.